UN NOUVEAU CONCEPT DE PURIFICATION

Le charbon actif est un produit phare pour le traitement de l’eau, c’est la «super-éponge» des contaminations. Il permet de fixer sur ses surfaces les polluants tels que les pesticides, métaux lourds, résidus médicamenteux et supprimer le chlore, les goûts et les odeurs. L’inconvénient majeur du charbon actif est qu’il fixe aussi les bactéries, qui, une fois captées, prolifèrent et créent des pollutions bactériennes.
Le traitement d’eau potable est mondialement effectué par chloration. Le chlore est un puissant bactéricide, ce qui signifie qu’il supprime toute activité bactérienne de l’eau. Lorsqu’une eau est chargée en bactéries pathogènes, elle est non potable. Les bactéries non-pathogènes sont quant à elles bénéfiques pour la santé et pour l’environnement. Comme il est impossible de sélectionner les bactéries à garder et celles à éliminer, le traitement normalisé est la suppression totale des bactéries. L’eau traitée conserve néanmoins le chlore et ses dérivés qui sont très souvent cancérigènes.
Les technologies évoluent et l’essor des probiotiques a commencé au début des années 2000. Sous forme de compléments alimentaires (la digestion est faite par des bactéries), puis dans des produits alimentaires (ex : Bifidus actif), les probiotiques ont commencé à être présent, à travers l’industrie pharmaceutique et agro-alimentaire, dans notre quotidien.

FiltraBio adapte cette évolution au traitement de l’eau.

  • Pesticides
  • Chlore
  • Métaux lourds
  • Médicaments
  • Autre

UNE BASE TECHNOLOGIQUE

Charbon Biotechnique iNGEMA

C’est sur cette base qu’a été développé le charbon biotechnique iNGEMA, un charbon actif qui favorise le développement de bactéries «bénéfiques», c’est à dire des probiotiques. Ce produit répond à la totalité des demandes en traitement non-chimique de l’air et de l’eau, et se positionne comme le procédé de référence pour les applications écologiques.
Le principe de fabrication consiste à modifier les structures internes et externes d’un charbon actif végétal pour obtenir des «points d’ancrages» bactériens sélectifs.

Le savoir-faire de FiltraBio permet l’obtention d’une part d’un accrochage sélectif de germes non-pathogènes, et d’autre part d’un pouvoir naturel de conservation de l’eau.

Cette innovation a été primée par l’ANVAR (Agence National pour la Valorisation de la Recherche) en 2005.

Charbon iNGEMA.
Purifie et offre un pouvoir de conservation à l'eau
Charbon iNGEMA. Purifie et offre un pouvoir de conservation à l'eau

NéoMagnet pour le traitement du calcaire

Développement du Néomagnet
Développement du Néomagnet
FiltraBio innove également dans le traitement du calcaire avec le NéoMagnet. Il s’agit d’un nouveau concept de module intégrant des aimants à très forte intensité dans un tube diffuseur afin d’obtenir un champ magnétique inégalé combiné à un effet vortex permanent.
En traversant le NéoMagnet, les minéraux cristallisent, évitant leur accroche au niveau des appareils électroménagers et des canalisations. Les minéraux, nécessaires à la santé, restent présent dans l’eau de consommation.
1
Modification du charbon

La structure interne et externe du charbon est modifiée pour obtenir des points d'ancrages

2
Création de probiotiques

Les germes non pathogènes colonisent le charbon afin de protéger l'eau

3
Pouvoir de conservation

Les probiotiques protègent l'eau des contamination sans utilisation de produits chimiques